ref-allaitement

28 décembre dernier, je réalise un accompagnement à l’allaitement auprès de Fabienne, une jeune maman. D’emblée, elle me précise : j’ai un REF allaitement !

« J’ai beaucoup trop de lait, mon bébé n’aime pas ça. Il s’agite dès qu’il est au sein, je ne sais plus quoi faire ! Pourtant, je pensais que c’était mieux d’avoir plein de lait… »

Trop de lait, trop vite, trop fort… C’est ce qu’on appelle le réflexe d’éjection fort, autrement appelé le réflexe d’éjection puissant ou le REF allaitement.

Si vous avez atterrit sur cet article, c’est peut-être parce que vous êtes aussi cette situation ?

Vous voulez en savoir plus sur le sujet ?

Alors vous êtes au bon endroit ! Dans cet article vous allez découvrir ce qu’est le REF et comment l’apprivoiser 😉

 

Le REF allaitement : c’est quoi exactement ?

Un écoulement rapide ou puissant n’est pas nécessairement un problème pour un enfant !

Mais pour certains, une éjection rapide du lait peut entraîner des conséquences négatives, voir aboutir au sevrage prématuré de l’enfant… 

🌸 Comprendre le REF allaitement

La production de lait

La production de lait est intimement liée à une hormone nommée la prolactine. 

Cette hormone est activée par la succion du nourrisson et elle est sécrétée pendant et après les tétées. 

Plus les récepteurs de la prolactine ont été activés, plus la lactation sera efficace : il faut donc agir sur la quantité de prolactine produite dans l’ante-hypophyse.

L’enfant doit donc téter de manière efficace pour que la prolactine soit activée !

La capacité de production est différente d’une femme à une autre, et d’un sein à l’autre. 

Quant au réflexe d’éjection, il est lié à une autre hormone : l’ocytocine.

Cette hormone provoque des picotements dans les seins et est déclenchée par la tétée et d’autres stimuli… 

Pour certaines mamans, le simple fait de penser à leur tout-petit ou de regarder une photo peut déclencher le pic d’ocytocine. 

Incroyable n’est-ce pas ? 🙂

La capacité de stockage du lait 

Dernièrement, je discutais de la maternité avec une amie…

Elle me dit :  » de toute façon, je ne pourrai pas allaiter mon bébé, j’ai des touts petits seins, il n’aura jamais assez de lait… « 

Pour tout vous dire, il s’agit d’une idée reçue très répandue. Trop répandue !

La taille du sein n’est pas importante : c’est la taille de la glande mammaire.

Si la maman a une capacité de stockage importante, le nourrisson fera probablement peu de tétées.

En revanche, si elle a une capacité de stockage faible, les tétées seront certainement plus nombreuses.

C’est pour cette raison qu’il faut faire confiance à son bébé et le laisser réguler !

Chaque femme est différente

Le réflexe d’éjection est involontaire et chaque maman ressent différemment cette sensation. 

Certaines mamans ne ressentent rien lorsque le lait commence à couler du sein !

Mais elles remarqueront que leur enfant commence à avaler le lait plus rapidement quelques minutes après la tétée.

D’autres, ressentent des picotements ou des fourmillements lorsque le lait est éjecté du sein. Et si le sein est vraiment plein, la sensation peut être plus forte et peut être brièvement douloureuse.

 

🌸 À quoi est lié le réflexe d’éjection puissant ?

La capacité d’un bébé à supporter le réflexe d’éjection puissant dépend notamment de la prise du sein, de la position d’allaitement et aussi de sa capacité à coordonner la succion, déglutition, respiration

Il peut être normal qu’un nouveau-né apprenant à téter tousse ou s’étouffe de temps en temps lorsque le lait arrive. 

Il peut être aussi être normal qu’un tout petit recrache l’excès de lait après une tétée.

La prise de sein et la position d’allaitement

Si l’enfant n’a que le mamelon dans la bouche plutôt qu’une bonne prise de l’aréole, il est plus difficile pour lui de contrôler le débit de lait.

De même, certaines positions peuvent rendre l’allaitement au sein plus difficile pour un tout-petit… 

Le réflexe de succion, déglutition et respiration

Un enfant peut avoir des difficultés à gérer un débit normal aussi bien qu’un débit rapide !

Je vous explique…

Lorsqu’un bébé est allaité, il coordonne sa respiration avec la succion et la déglutition selon une séquence soigneusement programmée afin de ne pas avaler dans le mauvais sens.

Et si le moment de la déglutition n’est pas tout à fait approprié, le lait peut entrer par le mauvais chemin (voies respiratoires).

Les problèmes de déglutition ne sont pas courants, mais peuvent être observés chez certains prématurés, les nourrissons ayant subi une chirurgie cardiaque, ceux souffrant de problèmes neurologiques ou anatomiques ou de reflux importants et chez certains bébés à terme en bonne santé (1). 

Des problèmes respiratoires tels que la congestion ou les mucosités peuvent également être à l’origine de difficultés à gérer le débit au sein ou au biberon.

ET donc, lorsqu’un tout-petit ne coordonne pas la succion / déglutition / respiration, il peut privilégier de courtes tétées voir refuser de téter si c’est le débit est trop stressant pour lui !

 

Les lectrices de cet article ont aussi lu :  Bébé se réveille la nuit : je ne sais plus quoi faire !

🌸 Les signes du réflexe d’éjection fort

Au début de l’allaitement, le réflexe d’éjection fort est souvent associé à une hyperlactation qui est plus ou moins perceptible. 

Les signes du REF chez la maman

Bien souvent, il s’agit d’une femme qui consulte pour :

  • Sensation de manquer de lait ;
  • Intolérance au lait ; 
  • Pleurs inconsolables ; 
  • Tétées agitées ;
  • Douleurs lors du réflexe d’éjection. 

La plupart des mamans qui ont un réflexe d’éjection fort, ont du lait qui coule facilement et en abondance !

Cela peut concerner un sein uniquement ou les 2

Et, vous l’avez deviné, ça peut engendrer des difficultés chez le nourrisson à tel point que les tétées deviennent frustrantes. 

Pour revenir à mon histoire, Fabienne, la jeune maman, me disait qu’elle se sentait coupable, elle ne comprenait pas toujours pourquoi son enfant agissait ainsi. 

Eh oui, au départ, la surabondance de lait est souvent considérée comme un bienfait… Mais, quand ça devient problématique pour l’allaitement, c’est une toute autre histoire !

Les signes du REF chez le bébé

Il existe plusieurs signes facilement observables chez l’enfant :

  • Sensation d’étouffement au sein ; 
  • Tire sur le sein et les mamelons, serre les tétons pour ralentir le débit de lait, ce qui provoque des douleurs (ils peuvent également le faire lorsque le débit de lait est trop lent) ; 
  • Avale rapidement le lait ; 
  • Régurgite fréquemment après un repas ; 
  • Besoin de roter fréquent ;
  • Signes de stress : s’agite, fronce les sourcils, pleure…

Les tétées peuvent être très courtes si le tout-petit reçoit beaucoup de lait maternel en peu de temps. Bien souvent, l’enfant est agité, n’arrive pas toujours à gérer le flux et s’étouffe au sein. 

Certains nourrissons pleurent aussi lors de la mise au sein puis quelques minutes après.

D’autres refusent carrément de téter !

Rassurez-vous, il existe plusieurs astuces pour y remédier 😉

ref-allaitement
ref allaitement 😄

 

11 astuces pour apprivoiser le REF allaitement

1 – Arrêter ce qui peut aggraver le REF

Au fil de la conversation avec Fabienne, j’ai appris qu’elle prenait des tisanes d’allaitement pour favoriser sa lactation. 

Cette maman était bien consciente de l’effet galactogène de ces tisanes… Mais, pour autant, elle continuait de les prendre !

En fait, elle avait peur de ne plus avoir assez de lait si elle stoppait = idée reçue !

De plus, le port au long court de coquilles d’allaitement peut aussi engendrer une surabondance de la production de lait.

Et le tire-lait alors ?

Eh bien, il est préférable de limiter son utilisation, si celle-ci n’est pas justifiée.

 

2 – Vérifiez la prise du sein

Plus la prise du sein est profonde, mieux l’enfant peut contrôler le flux !

En complément, je vous propose d’aller jeter un œil à cet article : comment avoir une bonne prise du sein ?

 

3 – Proposer le sein dès qu’il manifeste les premiers signes de faim

Il peut être utile d’éviter d’attendre qu’un bébé ait trop faim… 

Eh oui, si vous attendez le stade ultime, il risque d’être moins coordonné et de téter plus vigoureusement. 

Ce n’est pas ce qui est recherché n’est-ce pas ?

C’est pourquoi, il est important d’apprendre à repérer les petits signes de faim chez votre nourrisson. 

Plus votre enfant est calme et détendu, plus il sera en capacité de gérer le flux de lait. 

 

 

4 – Proposer d’augmenter la fréquence des tétées

Drôle d’astuce, n’est-ce pas ?

Vous auriez plutôt envie de faire le contraire…

Pourtant, en augmentant la fréquence des tétées, vous évitez le risque d’engorgement !

Ainsi, votre bébé pourra mieux gérer le débit du lait. 

 

5 – Proposer de téter d’un seul côté par tétée ou sur plusieurs tétées

En proposant le même sein pendant 2 ou 3 heures par exemple vous permettra d’avoir moins de lait dans ce même sein.

Et donc, votre réflexe d’éjection sera moins puissant et le petit bonus, c’est que vous offrez aussi un accès au lait de fin de tétée à votre enfant (le lait est plus gras et donc plus calorique.)

 

6 – Utiliser des positions d’allaitement pour permettre au bébé d’avoir un meilleur contrôle

THE best position pour limiter le REF ça va être la position BN (Biological Nurtering).

En fait, toutes les positions ou votre enfant est au-dessus du sein peuvent aider à ralentir l’écoulement du lait, car le lait qui coule en montée agit contre la gravité 😉

position allaitement en peau à peau
position BN (biological nurtering)

Il existe d’autres positions intéressantes pour limiter le REF, l’idée est alors vraiment de vous incliner en arrière pour limiter ce réflexe.

Je tiens aussi à rajouter, il est important de soutenir l’arrière de la nuque (et non la tête) lorsque votre petit bout est au sein.

Eh oui, il ne doit pas se sentir forcé à prendre le sein. Et surtout, il doit pouvoir protéger ses voies respiratoires en faisant des pauses quand il le désire !

 

Les lectrices de cet article ont aussi lu :  Comment gérer un pic de croissance chez votre bébé ?

7 – Exprimer un peu de lait avant de mettre l’enfant au sein

Certaines mères expriment un peu de lait avant que bébé n’atteigne le sein, ce qui ralentit le débit. 

Généralement, une fois que le premier réflexe d’éjection est passé, la tétée peut démarrer sereinement !

Et j’en fais quoi du lait exprimé ?

Eh bien, vous pouvez le recueillir puis le conserver en toute sécurité pour le donner à votre nourrisson plus tard 🙂

Mais, gardez en tête, que le fait d’exprimer trop régulièrement du lait avant l’allaitement peut aussi stimuler vos seins. Conséquence ?

Vous risquez de produire plus de lait, ce qui peut aggraver la situation !

 

8 – Permettre à votre enfant de faire des rots

Le fait d’avaler du lait rapidement peut signifier que votre bébé a besoin de roter fréquemment.

Alors, pensez à faire quelques pauses au cours de la tétée. 

 

9 – Ajustez votre production de lait

Votre REF est associé à une hyperlactation ?

Alors des mesures peuvent être prises pour réduire un peu l’apport en lait et contribuer à diminuer le réflexe d’éjection fort.

L’idée va être de supprimer progressivement les causes de stimulation supplémentaire de la lactation. 

Dans un deuxième temps, il est aussi possible d’utiliser des plantes ou des médicaments pour réduire la production lactée. 

Je ne m’étalerai pas là-dessus… Si vous avez tout essayé et que rien ne semble fonctionner, il est préférable d’en discuter avec votre médecin.

 

10 – Et les bouts de sein ?

Un bout de sein peut aider certains bébés en réduisant le débit de lait.

MAIS… 

Les bouts de seins peuvent causer d’autres problèmes d’allaitement !

Les bouts de sein devraient être utilisés en dernier recours et être arrêtés dès que possible.

Alors, il est important de consulter un professionnel de l’allaitement avant d’opter pour cette « solution ».

 

11 – Demander l’aide d’un professionnel

Parfois, il peut aussi y avoir une cause sous-jacente pour laquelle un nourrisson ne peut pas gérer le débit de lait. 

Il ne faut pas écarter cette hypothèse. Alors en cas de doute, consultez toujours un professionnel de l’allaitement.

En complément, vous pouvez aussi lire mon article : limiter le réflexe d’éjection fort : c’est possible ! (ou j’aborde notamment le REF allaitement après 3 mois 😉

 

🌸 Pour conclure sur le REF allaitement…

Vivre avec un réflexe d’éjection fort n’est pas tous les jours facile à gérer !

J’espère que cet article vous sera utile et que ces petites astuces pour permettront de l’apprivoiser. 

Ce qui fonctionne pour une maman ne fonctionnera pas pour toutes. C’est à vous de trouver ce qui semble le plus adapté pour vous et votre bébé. 

Alors ayez confiance en vous, car je suis certaine qu’avec l’expérience, vous réussirez à surmonter ces petits désagréments. 

Je vous souhaite un bel allaitement ❤️

Prenez soin de vous,

Partager vos avis, questions ou expériences en commentaire 🙂

Sources : (1) Breastfeeding infants , La Leche League

Vous avez aimé cet article ?

Voici 3 autres articles que vous apprécierez :

Suivez-moi sur Facebook
J’en serai ravie 🙂 

 

 

à propos maman radieuse

Vous avez aimé cet article ? Alors vous êtes libre de le partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •