angoisse de séparation

Depuis quelques jours, votre petit bout de 8 mois ne vous quitte plus des yeux et pleure dès que vous quittez la pièce… Il est probablement au début d’une période qu’on appelle l’angoisse de séparation ! 

En ce qui vous concerne, vous vous sentez peut-être démunie devant les pleurs et la tristesse de votre enfant. Comment agir ? Quoi lui dire ?

De mon côté, j’ai fait mes recherches afin de vous partager les meilleures astuces pour vous aider à surmonter cette angoisse du 8 ème mois. 

Alors, voulez-vous appréhender différemment cette étape de développement et vivre cette période sereinement ?

 

L’angoisse de séparation, c’est quoi exactement ?

Jusqu’à l’âge de 8 mois environ, le bébé ne se distingue pas de sa figure d’attachement, qui est dans la majorité des cas, la maman.

Puis, un jour, il comprend qu’il est une personne à part entière. Il ressent alors de la peur lorsqu’il ne vous voit pas revenir. En fait, votre enfant prend pleinement conscience de sa dépendance !

Et donc ça le rend particulièrement sensible à l’éloignement et aux fantasmes d’abandon.

🌸 Comment savoir si votre bébé souffre d’angoisse de séparation ?

L’angoisse du 8 ème mois est assez facile à repérer. D’ailleurs, si vous lisez mon article, c’est peut-être parce que vous l’avez déjà identifiée chez votre tout-petit.

Voici quelques signes et comportements démontrant qu’un enfant souffre de l’angoisse de séparation :

  • Se met à pleurer lorsqu’il ne vous voit plus, quand vous le laissez seul dans une pièce ou en présence d’une personne qu’il connaît peu ; 
  • Exprime une forte préférence pour un seul parent ; 
  • Ne se laisse pas porter par n’importe qui. En quelques sortes, il a aussi peur des personnes qui lui sont étrangères ; 
  • Se réveille la nuit et pleure pour demander du réconfort auprès d’un parent ; 
  • S’agite ou pleure lorsqu’il ne sent pas en sécurité (Par exemple : dans un endroit inconnu).

 

 🌸 Une étape normale du développement de l’enfant

Rien de ce que vous faites ne peut amener votre bébé à développer une angoisse de séparation ou non car il s’agit d’un phénomène tout à fait normal. 

D’ailleurs, presque tous les nourrissons développent une angoisse de séparation. Et certains enfants ont des réactions plus intenses que d’autres.

En fait, cette période débute aux alentours de 8 mois et peut perdurer plus ou moins longtemps

Eh oui, car certains bébés vont vivre cette angoisse de séparation jusqu’à l’âge de 1 an et demi à 2 ans.

Ce comportement peut signifier que votretout-petit a créé un attachement sécure et aimant envers vous et qu’il associe plaisir, confort et sécurité en votre présence 🙂

Cette étape de développement prouve aussi que votre nourrisson apprend petit à petit qu’il peut avoir un effet sur le monde qui l’entoure.

Les lectrices de cet article ont aussi lu : comment apaiser les pleurs du soir ?

 

🌸 L’histoire de la petite Elena

La maman de la petite Elena est sur le point de partir travailler. Elle a repris le travail depuis quelques jours à son plus grand regret… Elena est gardé par sa grand-mère, avec qui ça se passe plutôt bien.

Mais lorsque la petite fille voit sa maman finir de se préparer, chercher les clés dans son sac… Elle comprend qu’elle s’apprête à quitter la maison.

Elena se met alors en situation de stress et commence à pleurer… Le bébé est en train de tout faire pour empêcher sa maman de partir. En fait, son cerveau n’est pas encore suffisamment développer pour comprendre que lorsque sa maman s’en va, elle reviendra toujours !

Et les pleurs s’intensifient et ne s’arrêtent plus…

Chaque matin c’est la même situation qui se produit, ce qui chagrine beaucoup la maman car les éloignements sont difficiles.

 

🌸 Que se passe t-il dans la tête de l’enfant ?

Lorsque votre enfant vit l’angoisse de séparation, il réalise que vous êtes la personne qui lui apporte le plus de sécurité, d’amour et de soins. Sa réticence, à se séparer de vous, est alors tout à fait compréhensible. 

En fait, votre petit bout perçoit votre absence comme une réelle survie. Il s’en rend compte lorsqu’il atteint un certain niveau de maturité intellectuelle.

Mais, comme je vous le disais, il s’agit d’une étape de développement de l’enfant tout à fait normal. Et cette étape, comme tant d’autres dans l’enfance, passera.

Avec le temps, votre bébé apprendra qu’il peut se séparer de vous, que vous reviendrez et que tout ira bien entre ces deux moments.

Eh oui, car une grande partie de cet apprentissage est basée sur la confiance qui, comme pour tout être humain, prend du temps à se construire.

Alors comment réagir face à l’angoisse du 8 ème mois ? 

C’est ce que vous allez découvrir dans la 2e partie de cet article 😉 

angoisse de séparation
une maman qui aborde l’angoisse de séparation sereinement

 

Les lectrices de cet article ont aussi lu :  Pourquoi devez vous absolument vous initier au langage des signes bébés !

Comment aider son enfant à faire face à l’angoisse de séparation ? 

🌸 1. Répondre à ses besoins

C’est parfaitement normal, même merveilleux, de constater que votre bébé soit si attaché à vous et qu’il désire votre compagnie constante. C’est la preuve que le lien mère enfant est bel et bien créé entre-vous. 

Alors essayer de répondre au mieux à ses besoins pour l’aider à surmonter cette angoisse du 8 ème mois.

Plus vous répondez aux besoins d’attachement de votre nourrisson pendant la petite enfance, plus il grandira en confiance et en sécurité.

Mais, est-ce que je ne risque pas d’en faire un enfant capricieux ?

Eh bien non, au contraire ! Pourtant, beaucoup ont tendance à se l’imaginer… Alors que répondre aux besoins de son enfant lui permet de se développer sur des bases solides. 

 

🌸 2. Minimisez les absences lorsque cela est possible

Vous avez besoin de faire une course ? De vous absenter une demie-journée ? Ou peut-être de retourner au travail ?

Quelque soit la raison, il est important de préparer votre enfant et de l’habituer.

Par exemple, vous pouvez commencer par créer des situations de brève éloignement tout au long d’une journée.

Lorsque vous entrez dans une autre pièce, sifflez, chantez ou parlez à votre bébé pour qu’il sache que vous êtes toujours là, même s’il ne peut pas vous voir.

Ensuite, l’idéal est ensuite de commencer par des absences courtes (15 – 20 minutes). Et pendant ce temps, il est préférable que votre petit bout reste avec une personne qu’il connaît. 

 

🌸 3. La permanence de l’objet

En fait, vers l’âge de 8 – 12 mois, votre tout-petit fait une fameuse découverte. Il commence à comprendre que les objets ne disparaissent pas comme par magie et pour toujours : ils existent ailleurs !

Au fur et à mesure, votre bébé apprendra que les choses continuent d’exister même s’il ne peut pas les voir.  

La permanence de l’objet permet donc de montrer à l’enfant que la boule disparaît, puis réapparaît ensuite. Il comprend alors que ce mécanisme s’adapte à tout dans la vie.

Et également pour ses parents 😉

 

🌸 4. Le jeu du “coucou caché”

Connaissez-vous le jeu du coucou-caché ? 

Les enfants l’adore ! Il s’agit d’un petit jeu tout simple qui lui permet de prendre conscience que la personne en face de lui ne disparaît pas complètement. 

Tous les jeux de coucou et de cachette vont alors l’aider à accepter que les objets, comme les personnes, vont, viennent, s’en vont et reviennent !

L’idée avec ces jeux est d’habituer l’enfant à votre absence. Ainsi, il pense que vous disparaissez, mais que vous réapparaissez ensuite.

Par exemple, vous pouvez vous amuser à jouer à cacher des nounours pour commencer. Ensuite, continuer avec le jeu du cache-cache.

Ce son des expériences sécurisantes qui lui permettront de bien vivre les plus grandes périodes d’éloignement plus tard.

En multipliant les jeux de ” coucou caché “, on aide le bébé à acquérir la notion de permanence de l’objet. Il s’agit d’une étape essentielle dans le développement de l’enfant. 

angoisse de séparation
jeu du coucou caché

 

🌸 5. Toujours dire au revoir lorsque vous partez !

Cela peut sembler plus facile de partir en cachette, plutôt que de faire un adieu en larmes… Cependant pour que votre bébé continue de développer des liens d’attachements sécure, dire au revoir est indispensable !

Si vous ne le faites pas, il risque de plus se sentir en sécurité et imaginera par la suite que vous pouvez disparaître sans avertissement à tout moment !

De plus, cela risque également d’accentuer la peur de l’abandon…

Alors, pour continuer à développer une superbe relation avec votre nourrisson, dites lui toujours au revoir 🙂

 

🌸 6. Dites-lui à quoi s’attendre

Quoique vous allez faire, expliquez toujours à votre enfant où vous allez et précisez-lui quand vous serez de retour !

Si vous devez partir faire une course, ou travailler… Montrer lui que tout va bien et que tout se passera merveilleusement bien en votre absence. 

C’est aussi important de lui en parler à l’avance, de le préparer. (surtout si vous reprenez le travail !)

Vous pouvez lui expliquer pourquoi vous devez aller travailler. Puis ensuite, vous pouvez par exemple instaurer des petits rituels avant l’éloignement. 

Cela peut être de le réconforter en lui faisant un gros câlin, lui apporter son objet transitionnel, lui donner le biberon. C’est à vous de trouver la petite routine qui vous convient le mieux 🙂

 

🌸 7. Ne précipitez pas votre absence, mais ne la prolongez pas non plus.

Donnez à votre bébé suffisamment de temps pour digérer votre absence !

Mais si c’est possible, essayez de les limiter afin de ne pas les rendre plus douloureuses pour tous les deux.

Par exemple, il est préférable de trouver un temps pour aller chez l’esthéticienne lors de votre jour de repos, plutôt que d’y aller après votre travail. Ainsi, l’angoisse de séparation, sera mieux perçue pour vous deux. 

 

Les lectrices de cet article ont aussi lu :  Syndrome du bébé secoué : un sujet très tabou et souvent mal connu !

🌸 8. Exprimez une attitude positive en partant

Si vous partez au travail, ou vous absentez seulement 20 minutes, essayez de partir toujours avec le sourire. Ainsi, votre bébé absorbera vos émotions positives 🙂

Eh oui, car si vous êtes anxieuse avant de partir, il le ressentira…

Bon j’ai bien conscience que n’est pas toujours facile d’être positive, on est humaine après tout. Mais, essayez de garder cela en-tête.

Car votre confiance aidera à atténuer les craintes de votre tout-petit. 

 

🌸 9. Laissez votre bébé avec des personnes familières

Si vous devez confier votre bébé à une assistante maternelle, ou aux grands-parents essayez d’organiser à l’avance des visites de manière à passer un bon moment tous ensemble.

Votre nourrisson percevra la confiance que vous avez envers ces personnes. Pour de nombreuses mamans, les éloignements se passent bien mieux en agissant ainsi.

Puis, le jour J essayez d’arriver à l’avance. Cela vous permettra d’avoir quelques minutes supplémentaires et de prendre le temps de dire au revoir à votre petit bout. 

Puis, lors de l’absence, encouragez la personne qui le garde à l’impliquer dans un jeu pendant que vous partez.

Bien sûr, dites lui au revoir, puis laissez votre bébé se distraire par l’activité.

Certains enfants auront besoin d’une adaptation plus longue, pour d’autres tout se passera bien dès les premiers jours. En fait, cela dépend de la sensibilité de l’enfant, mais aussi de votre comportement.

Votre petit bout fait des hurlement qui vous font mal au cœur ?

Vous pouvez téléphoner dans la journée pour vous rassurer vous-même. Ayez la certitude que ça ira de mieux en mieux chaque jour et dites-vous que cette phase ne dure pas.

Les lectrices de cet article ont aussi lu : Comment bien préparer la rentrée des bébés à la crèche ou chez la nounou ?

 

🌸 10. L’objet transitionnel pour surmonter l’angoisse de séparation 

Tout objet choisi par l’enfant pourra être considéré comme un objet transitionnel. Cela peut être une peluche, une tétine, un tissu, un jouet, un vêtement et même, le soutien-gorge de maman ! 

À quoi sert l’objet transitionnel ?

  • C’est un objet sur lequel l’enfant a une toute-puissance et qui a un fort pouvoir symbolique.
  • Il est rassurant, car il contient les odeurs et souvenirs des parents.
  • L’objet transitionnel a pour but de remplacer la mère absente.

Son but est donc de sécuriser l’enfant et de lui apporter du réconfort. Si vous laissez votre bébé à garder, n’hésitez pas à lui laisser en plus un tee-shirt marqué par votre odeur (qui a été porté quelques jours idéalement). 

D’autres parents apportent aussi chez l’assistante maternelle ou à la crèche la veilleuse de la maison ou alors la gigoteuse de l’enfant. 

Ces objets, qui lui sont familiers, l’aide à se sentir en sécurité, à s’apaiser et aussi à s’endormir 😉

🌸 Pour conclure…

Désormais, l’angoisse de séparation n’a plus de secret pour vous !

Je vous encourage au maximum à suivre les petites astuces et conseils que je vous ai apporté pour mieux accompagner votre bébé dans cette étape de son développement. 

De cette façon, vous lui permettez de limiter ses craintes et ses angoisses lié à la séparation. Et de votre côté, vous allez aborder ces moments avec plus de sérénité. 

Sachez qu’en étant à l’écoute de votre bébé, il sera doté d’un élan incroyable pour démarrer dans la vie 🙂

Appréhendez-vous cette étape de développement ? Ou alors, comment avez-vous vécu l’angoisse de séparation ?

Partager vos avis, questions ou expériences en commentaire !

Sources : Le guide de la puéricultrice – Les pros de la petite enfanceFondation Jean Piaget 

Vous avez aimé cet article ” 10 précieux conseils pour remédier à l’angoisse de séparation  ” ?

Voici 3 autres articles que vous apprécierez :

 

Suivez-moi sur Facebook
J’en serai ravie 🙂 

 

Je vous souhaite un bel épanouissement dans votre rôle de maman,

À très bientôt, 

à propos maman radieuse

Vous avez aimé cet article ? Alors vous êtes libre de le partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
    1
    Partage
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  •  
  • 1